E-learning

        LES PLATEFORMES    CMS

Moodle WBT Manager claroline spruz
Dokedos Ganesha Sakai CHAMILO
Joomla Mambo Drupal affinitiz

Ecoles répertoriées

Moodle   Claroline
Province de Namur   Province de Namur

C.S.L.G.. Cousot

 

Institut Saint Berthuin

     
Reste de la Wallonie   Reste de la Wallonie

Collège St-Benoît St-Servais Liège
Collège Saint-Pierre de Jette
Notre Dame des Champs
Institut Cardijn-Lorraine
Institut Notre-Dame Heusy
Collège St-Michel Bruxelles
 

 

Athénée Bracops Lambert
Collège Don Bosco
Collège du Christ-Roi d'Ottignies
Ecole Don Bosco
Institut Saint-Joseph Charleroi
Institut Sainte Thérèse d'Avila
Institut de la Sainte-Union de Kain

Voici quelques liens vers les plateformes les plus utilisées dans l'éducation.

Chacune a des avantages et des inconvénients. Le choix d'une plateforme, au sein d'un établissement ou pour un enseignant, ne se pose pas toujours dans les mêmes termes car les besoins ne sont pas identiques ni pour les uns ni pour les autres. Néanmoins, pour l'établissement, comme pour l'enseignant, le choix doit être bien réfléchi et en fonction des objectifs fixés, tout en tenant compte d'une évolution, plus que probable, des besoins respectifs.

Lorsque l'on désirer travailler avec de tels outils, il faut avoir conscience du temps que l'on devra investir avant d'aboutir à un résultat. Notamment pour:

  1. l'installation de la plateforme, sa configuration,
  2. le paramétrage des utilisateurs, des permissions,
  3. la définition de la structure des dossiers,
  4. l'organisation de l'interface,
  5. La production des contenus pédagogiques,
  6. La mise en route et la formation des utilisateurs,
  7. La pérennité de l'interface
  8. Etc.

En ce qui concerne la pérennité d'une interface, il faut savoir que certaines firmes développent et proposent des services gratuitement pendant des années puis abandonnent ces services ou en diminuent les possibilités ou les rendent payant.

Avec les interfaces dites "libres", vous n'êtes pas sûr, non plus, de leur évolution par rapport aux exigences "du marché" voir parfois de leur réorientation vers d'autres objectifs.

Pour ma part, j'ai travaillé tout un temps avec  la plateforme Google "groupes" jusqu'au jour ou Google m'a prévenu de la fermeture d'une grande partie de ses services et donc la nécessité, pour moi, de transférer mon contenu sur une autre plateforme.

Pour Information :

Il existe plus de 240 plateformes dans le monde. En 2007, le répertoire de THOT compte plus de 233 plateformes :

  • 47 plateformes open-source,
  • 11 plateformes publiques,
  • 175 plateformes commerciales.

Les plus connues sont :

  • Moodle : plus de 50 000 sites dans plus de 208 pays ont enregistré leur implantation. L'implantation la plus importante comporte 19 000 cours avec 41 000 utilisateurs
  • WBT Manager : 2ème plateforme au monde
  • WebCT : utilisée dans plus de 80 pays par plus de 3500 institutions
  • Claroline : 2ème plate-forme européenne après Moodle
  • Dokedos : deux millions d'utilisateurs, 7155 portails, 150794 cours
  • Atutor : une plateforme très utilisée dans l'enseignement supérieur aux États-Unis.
  • SAKAI : utilisé dans des universités de renommée mondiale comme Cambridge, Yale, Cape Breton University, Stanford, the Australian National University et Massachusetts Institute of Technology.
  • GANESHA: plus de 3656 téléchargements de la version 1.2.1, plus de 3395 téléchargements de la version 1.1.0, 124 abonnés dans la mailing-list Ganesha (développement).

Etude comparative : Ci-joint le dossier relatif au projet @2L:

 

Le cheminement....

1. Initiation

Google, et maintenant Microsoft, proposent, à tout qui utilise leurs services de messagerie, un espace de communication, de partage et de stockage de l'information. Bien sûr, cela ne supporte aucune comparaison avec un service comme Moodle au Claroline mais ce genre d'outil permet de s'initier aux principes de mise en commun de ressources au sein d'une collectivité. Ce qui est un premier pas vers le travail collaboratif.

Néanmoins, l'intérêt de ses premières solutions c'est quelles sont accessibles de suite par les enseignants.

Google Groupes Microsoft  Skydrive

2. Les sites

De nombreux enseignants ont déjà franchis le pas et ont créé leur propre site pour leurs activités pédagogiques. En quelques années on est passé de l'apprentissage du langage html à l'utilisation de logiciels spécialisés (Dreamwever, Frontpage,..) puis à l'utilisation de site "Template" ou de CMS.

L'utilisation de CMS et de plateformes numériques permettent à beaucoup d'enseignants, non expert dans la création de site ou dans la maîtrise de logiciels spécialisés, de réaliser une interface avec laquelle ils pourront mettre à disposition des  élèves des informations ou notes de cours sans devoir maîtriser le html ou la programmation. La difficulté se situant au niveau de la maîtrise d'un traitement de texte". Aptitudes que la majorité possèdent maintenant.

Mon étude statistique, sur la province de Namur, montre que la plupart des écoles du secondaires disposent actuellement d'un site utilisant la technologie CMS ou Système de de gestion de contenu (Content Management System) et plus 1/3 on utilise JOOMLA et ce pourcentage va en augmentant.

3. Les blogs

Les blogs ajoutent une nouvelle dimensions : l'interactivité. Ils permettent également de donner à l'interface une ambiance, un design. Ils ajoutent néanmoins une contrainte pour l'enseignant. A partir du moment ou on met en place une interactivité on en devient dépendant. IL faut alors bien définir les limites de cette interactivité.

4. Les Plateformes CMS (content Management System)

Un système de gestion de contenu ou CMS constitue l'étape suivante. Une telle interface ne se situe plus au niveau d'un individu, d'un enseignant mais bien au niveau de la collectivité, de l'établissement lui même. Ce qui implique la volonté de la mise en place d'un travail collaboratif, structuré, et organisé ainsi que la maîtrise des TIC par un certains nombres d'enseignants de la collectivité.